Peindre les bois extérieurs

Peindre les bois extérieurs

Vous voulez peindre votre bois extérieurs? Ci-dessous vous trouverez des astuces afin de rendre votre projet de peinture un succès.

Regardez comment faire !

Ces petits films vous expliquent clairement comment vous y prendre.

  • 1. Notre menuiserie extérieure est en cèdre. Nous aimerions la protéger à l’aide d’une huile incolore. Est-ce possible ?

    Le cèdre est une essence de bois durable qui s’altère très rapidement sous l’effet de la pluie et du soleil.

    Si le cèdre est utilisé pour la partie inférieure des gouttières ou une saillie de toiture, vous pouvez le traiter de façon incolore à l’aide d’une couche de fond de Woodair ou Woodacryl suivie de trois couches de Woodair Natural ou Woodacryl Natural.

    Si le bois est exposé aux intempéries (par exemple s’il est utilisé en revêtement de façade), il est inutile d’appliquer une protection incolore. L’altération rapide du bois ne tarderait en effet pas à écailler la couche de traitement. Si vous protégez votre cèdre à l’aide de Woodair ou Woodacryl, assurez-vous qu’il s’agit de bois neuf, et non altéré !
    Laissez grisailler naturellement le bois de cèdre exposé aux intempériesl. Pour que le grisaillement soit uniforme, il faut toutefois que l’exposition au soleil et à la pluie soit régulière.
    Une autre solution est de traiter le bois à l’aide de Huile de cèdre qui ne forme pas de feuil. Ce type d’huile se décline en différentes teintes grisées et atténue les irrégularités du grisaillement du cèdre. Qui plus est, l’Huile de cèdre ne peut pas s’écailler vu qu’elle ne forme pas de feuil. Prévoyez un entretien tous les deux ans, en appliquant une ou deux nouvelles couches.

    Vous avez des questions concernant les couleurs ou vous souhaitez être conseillé ? Les coachs colora sont là pour vous aider. N'hésitez pas à nous amener les plans ou les photos de votre habitation. Vous pouvez également apporter un échantillon des matériaux de votre intérieur, par exemple un morceau de vos rideaux ou de votre revêtement de sol. Les conseils que nous vous proposons en magasin sont gratuits.

  • 10. Nous avons fait placer une nouvelle porte dans une couleur RAL. Puis-je également traiter mes châssis dans une couleur RAL ?

    La gamme RAL est une collection de couleurs dont les applications industrielles sont multiples (vérandas, portes sectionnelles, aluminium laqué poudre, etc.).

    Il est parfaitement possible de commander la peinture pour menuiserie dans une couleur RAL. Tenez compte des divergences possibles au niveau de la couleur. Les laques industrielles reposent sur une technologie très différente de celle des peintures classiques à mettre en oeuvre soi-même. Cela peut mener à des divergences de couleur immédiates. En plus, la façon dont les deux produits vireront de couleur à terme, ne sera pas toujours identique non plus. Pour éviter cela, vous pouvez repeindre directement votre porte avec la même peinture que les châssis de fenêtre. Dans ce cas, appliquez d’abord une couche d’adhérence appropriée sur la porte : Megaprim antirouille.

  • 11. Notre menuiserie extérieure est en bois de padouk et nous aimerions la peindre de façon opaque. Comment devons-nous procéder ?

    Le padouk est une essence de bois particulière à peindre.

    La peinture alkyde à base de solvant utilisée comme couche de fond sur du padouk sèchera souvent très mal, voire ne sèchera pas du tout en raison de substances internes au bois qui l’empêchent de sécher. Nous vous conseillons dès lors d’appliquer deux couches d’Elastoprim Hydro en phase aqueuse. Une couche n’est pas suffisante car les pigments rouges hydrosolubles du padouk peuvent exsuder. Mastiquez ensuite bien tous les joints et les raccords à l’aide d’Elastokit pour éviter les infiltrations d’eau et les risques d’écaillage et de virement de la couleur. Après vous pouvez travailler au choix avec Matineau, Satineau, Elastosatin, Excellent Satin ou Carat, selon la brillance désirée, et cela en deux couches.

  • 12. Est-on obligé de réutiliser une peinture en phase solvant si la couche de peinture actuelle est aussi en phase solvant ?

    Non, ce n’est pas obligatoire. Si les couches de peinture actuelles adhèrent encore bien, (test d’adhérence, voir question 7), préparez le support de la façon suivante : si nécessaire, nettoyez la surface à l’aide d’une éponge à récurer Scuff ou Scotch brite en combinaison avec la Formule MC neutral. Rincez à l’eau claire et laissez sécher. Poncez ensuite soigneusement la couche supérieure altérée. Si vous continuez avec une peinture en phase solvant, vous pouvez appliquer directement une couche finale d’Elastosatin, Excellent Satin ou de Carat. Si vous terminez par une laque en phase aqueuse comme Satineau, commencez de préférence par appliquer un primer d’adhérence : Omniprim Plus ou Elastoprim.

    Attention : si, après la phase de préparation, le bois est tout à fait dénudé par endroits, appliquez alors une couche de fond d’Elastoprim ou d’Omniprim plus, quel que soit le type de finition !

  • 13. Est-il nécessaire de poncer entre deux couches de laque extérieure opaque ?

    Si vous peignez la deuxième couche dans les deux à trois jours qui suivent l’application de la première, il n’est pas nécessaire de poncer pour obtenir une bonne adhérence.

    Si vous attendez plus longtemps avant de peindre la deuxième couche, la première couche aura déjà fortement durci. Il convient alors de poncer la première couche à l’aide d’un papier abrasif à grain fin pour arriver à une bonne adhérence.
    Si vous sentez dès la première couche que les fibres du bois s’effilochent ou que des salissures viennent se coller à la peinture, poncez directement à l’aide d’un grain fin. 
     

  • 14. L’écart entre le vitrage et la menuiserie est colmaté par du silicone. Puis-je peindre par-dessus ?

    Si le vitrage est scellé avec un joint en silicone, découpez-le à l’aide d’un cutter. Le silicone ne permet en effet pas d’obtenir une bonne adhérence à la peinture ou autre produit apparenté. Même s’il s’agit prétendument de ‘silicone à repeindre’.

    Un bon mastic extérieur à repeindre pour le verre est le Soudal Glaskit TS. Il s’agit d’un mastic pour vitrage en MS polymère.

  • 15. Je dois monter un abri de jardin. Est-il préférable de traiter les planches avant le montage ou n’est-ce pas nécessaire ?

    Ce n’est pas obligatoire, mais cela présente quelques avantages.

    Une fois que l’abri de jardin est monté, tous les angles et les côtés ne seront plus accessibles facilement. Si vous traitez vos planches avant le montage, les parties qui deviennent inaccessibles ou difficiles à atteindre auront au moins été traitées une fois. Un autre avantage, c’est que la tranche et le sillon de chaque planche reçoivent une couche de traitement. Sous l’effet des fluctuations de l’humidité de l’air, le bois va se rétracter et les planches vont s’écarter. Par conséquent, des parties de la tranche et du sillon peuvent être dénudées et si elles n’ont pas été traitées, elles prendront l’humidité, ce qui peut provoquer des dégâts.
    Il est possible de traiter un abri de jardin de façon transparente à l’aide d’une huile sans formation de feuil comme Bois Jardin et Huile de cèdre. Une protection semi-couvrante est également possible avec Woodline. Un traitement avec une huile couvrante comme Lasure Opaque est une autre possibilité. Si vous optez pour un système de peinture couvrant, vous avez le choix entre une finition en Matineau, Satineau, Excellent Satin ou Elastosatin.

    BON A SAVOIR
    Tenez bien compte de la chose suivante : si vous traitez les planches avant le montage, ne manquez pas de traiter les deux grands côtés et les deux chants en même temps. Imaginez que vous traitiez un côté, que vous le laissiez sécher et que vous le retourniez ensuite pour traiter l’autre côté. Dans ce cas, le côté qui est resté sans protection un jour de plus aura absorbé l’humidité de l’air, ce qui peut provoquer des ondulations souvent irréversibles de la planche.

  • 16. Est-il nécessaire de traiter la partie intérieure de l’abri de jardin ?

    Si vous voulez traiter les planches avant le montage, il est alors indispensable de les traiter de tous les côtés !

     Et ce pour prévenir les ondulations des planches (voir la question 15 pour de plus amples explications). Cela dit, même si vous ne traitez votre abri de jardin qu’après le montage, la protection d’un seul côté peut entraîner de légères déformations des planches, ce qui peut se traduire par un blocage de la porte ou des fenêtres.

  • 2. Notre menuiserie extérieure est en afzélia. Nous aimerions la protéger à l’aide d’une huile incolore. Est-ce possible ?

    Oui, certainement, mais n’attendez pas trop longtemps après le placement de vos boiseries.

    Car dès que le bois est exposé aux intempéries, le processus de grisaillement s’enclenche. Traitez votre menuiserie extérieure de préférence les premières semaines ou les premiers mois après son placement. Plus l’afzélia reste non traité et entre donc en contact avec l’oxygène présent dans l’air, plus il y aura de réactions au niveau des contenus cellulaires du bois. Il est donc fondamental d’appliquer dès le premier traitement une couche de Woodair Primer ou Woodacryl Primer et trois couches finales de Woodair Natural ou Woodacryl Natural. Ensuite, il faudra prévoir tous les 3 à 4 ans deux couches supplémentaires d’entretien. Et ce avant que le grisaillement soit visible. Ainsi, le bois restera beau plus longtemps et vous éviterez qu’il commence quand même à grisailler et que la couche de protection se détache.

    Un traitement incolore après que le bois a grisaillé est impossible avec l’afzélia, même si vous avez soigneusement poncé toutes les traces grisées. Les pigments du bois créent de grandes variations de couleurs entre les différents morceaux de bois. À un point tel que l’on pourrait croire que votre châssis a été fabriqué en plusieurs essences de bois distinctes. La seule solution est d’opter pour un traitement plus couvrant comme Woodline ou une peinture couvrante comme Satineau, Matineau, Elastosatin ou Excellent Satin.

  • 3. À quelle température faut-il traiter la menuiserie extérieure ? À partir de quelle période n’est-ce plus possible ?

     La température de séchage idéale est d’environ 15 degrés.

    Au sens strict, vous devez conserver une température minimum de 5°C pour réaliser des travaux de peinture. Pour garantir un bon séchage, il faut une température de 5°C minimum pendant les premières heures qui suivent la mise en œuvre. En dessous de 5°C, la peinture ne peut en effet plus former de feuil. Entre 5 et 10°C, le séchage sera lent. Pour éviter tout risque, veillez à avoir une température de 10°C pendant et après les travaux de peinture.

    Mais ce n’est pas tout. Le bois lui-même doit être suffisamment sec pour éviter les cloques dans la peinture. La saison idéale pour peindre à l’extérieur, c’est donc le printemps ou l’été. Ne commencez pas non plus à peindre trop tôt le matin. Car il peut subsister de la rosée matinale dans les pores du bois. Il faut qu’elle ait tout à fait disparu pour éviter les cloques. À cet effet, mieux vaut par exemple peindre derrière le soleil. L’essence de bois courante qu’est le méranti y est surtout particulièrement sensible. Ne travaillez pas trop tard le soir non plus, car la rosée nocturne pourrait se déposer sur vos peintures fraîches et faire apparaître des taches mates ou blanches. Si vous peignez trop tard le soir avec une peinture en phase solvant, le séchage sera rendu très difficile par l’absence de lumière.

    L’humidité de l’air et le vent jouent également un rôle. En cas d’humidité élevée (par exemple s’il y a du brouillard), la peinture séchera mal, voire ne séchera pas du tout. S’il y a beaucoup de vent, la peinture séchera trop vite, ce qui peut rendre la mise en œuvre plus difficile.
    Bref, pour de jolies peintures durables, mieux vaut que le bois soit sec et le temps estival.

    Bon à savoir :
    Certains magasins Colora prêtent des hygromètres. Très simples à utiliser, ils vous donnent rapidement la certitude que votre bois est suffisamment sec avant de le peindre.

  • 4. Ma menuiserie extérieure a toujours été traitée à l’aide d’une couche de protection du bois transparente teintée. Elle s’est écaillée en certains endroits. J’aimerais à nouveau traiter le bois, mais sans créer de divergence de couleurs dans le résultat

    L’idéal est de supprimer toutes les anciennes couches jusqu’à ce que le bois soit sain. Vous pouvez procéder par ponçage ou à l’aide d’un décapant Paint’Off. Ensuite, vous pouvez traiter le bois en appliquant deux à trois couches de Woodair ou Woodacryl Teinté. Commencez d’abord par une couche de Woodair ou Woodacryl Primer.

    Pratiquer des retouches par endroits est également possible, mais cela peut laisser des traces visibles. Comment procéder ? Poncez les écaillements et les altérations du bois jusqu’à ce qu’il acquière à nouveau une couleur saine. Poncez le reste de la couche de protection encore intacte pour qu’elle devienne mate. N’oublie pas de dépoussiérer. De la sorte, vous créerez également en ces endroits une bonne adhérence lorsque vous apposerez les nouvelles couches. Appliquez sur le bois nu une couche de Woodair Primer ou Woodacryl Primer. Colorez les zones altérées à l’aide d’une ou plusieurs couches de Woodair Teinté ou Woodacryl Teinté. Si vous remarquez que les zones traitées par retouche ne se démarquent plus du reste, appliquez sur l’ensemble deux à trois couches de Woodair Teinté ou Woodacryl Teinté.

    Mais au fond, comment prévenir de tels dégâts ? Car il va de soi qu’il vaut mieux ne pas en arriver là. C’est pourquoi nous recommandons d’appliquer dès le premier traitement de nouvelles boiseries, trois couches de Woodair ou Woodacryl. Vous pouvez vous épargner beaucoup de travail en apportant tous les trois à quatre ans deux couches d’entretien préventif à vos menuiseries avant l’apparition des premiers signes d’altération. Soyez surtout attentif aux seuils de fenêtres ou autres parties horizontales. Celles-ci méritent de toute manière toujours une couche supplémentaire.

  • 5. Notre menuiserie extérieure est pourrie par endroits. Que puis-je faire ?

    La question fondamentale est : quelle est l’étendue des dégâts ?

    Vous le saurez rapidement en enfonçant une aiguille à tricoter ou un tournevis dans la zone pourrie et en le faisant tourner. Profitez-en pour contrôler également si d’autres zones sont touchées. Ce sont surtout les raccords inférieurs et les seuils des fenêtres qui méritent d’être vérifiés.

    Si vous observez que le bois est pourri en profondeur en plusieurs endroits, mieux vaut consulter un menuisier. Il vous donnera de plus amples conseils concernant les réparations nécessaires ou le remplacement de la boiserie concernée.

    Si les dégâts sont moindres, vous pouvez opérer vous-même de petites réparations à l’aide de la Pâte à rénover. Éliminez toute la pourriture du bois au burin jusqu’à retrouver le bois sain. Veillez à ce que le bois mis à nu soit propre et soigneusement dépoussiéré. Procédez ensuite à la réparation à l’aide de la Pâte à rénover (enduit polyester à deux composants). Vous pouvez ensuite apporter les finitions à l’aide d’un système de peinture classique pour menuiserie extérieure. Les professionnels optent alors le plus souvent pour une solution durable en résine époxy de la gamme Repair Care.

  • 6. Nous avons acheté un nouvel abri de jardin en bois de sapin. J’aimerais lui donner de la couleur tout en conservant les nervures du bois. Est-ce possible ?

    Bien sûr.

    Les produits les plus appropriés dans ce cas de figure sont Bois Jardin, Woodline ou Lasure Opaque.
    Peignez le plus rapidement possible, avant que le bois de conifère prenne une couleur grise ou qu’apparaissent des champignons de bleuissement (petits points noirs).

    Les couleurs fonçées protègent mieux que les teintes claires. Du reste, les couleurs fonçées dissimulent davantage les éventuels champignons de bleuissement qui peuvent toujours se former par la suite. Un style fermette classique avec saillie de la toiture protège mieux le bois contre la pluie qu’un style cubique à toiture plate. Sous une saillie, le bois reste plus sec et offre moins de chances aux altérations et aux champignons de bleuissement.

    Et enfin, une dernière règle d’or : plus nombreuses sont les couches, plus grande est la protection.
    Pour en savoir plus sur le traitement ou non de l’intérieur, voir question 16.

  • 7. Pour l’instant, notre abri de jardin est traité à l’aide d’une protection brune. Nous aimerions à présent y ajouter une couche de peinture couvrante. Est-ce possible ?

    Commencez par contrôler en divers endroits l’adhérence de votre affinage du bois à l’aide d’un test d’adhérence (voir ci-dessous). Si l’affinage du bois est en bon état et adhère bien, il suffit de très bien poncer les anciennes couches et de dépoussiérer. Si nécessaire vous allez nettoyer d’abord avec nettoyant Formule MC neutral en combinaison avec Scotch brite ou Scotch brite scuff. N’oubliez pas de bien rincer avec de l’eau. Si l’adhérence est mauvaise, poncez d’abord soigneusement toutes les couches qui se détachent à l’aide de papier abrasif à gros grain. Poncez ensuite avec un grain plus fin. Le bois grisé se ponce de toute façon plus en profondeur jusqu’à ce que le bois retrouve une couleur saine. Si vous voulez ensuite apporter une peinture couvrante, appliquez une couche de fond d’ Elastoprim après avoir bien préparé le support. Vous pourrez ensuite procéder à la couche de finition à l’aide d’ Elastosatin, Excellent Satin, Matineau ou Satineau, et ce en deux couches.

    Woodline et Lasure Opaque sont des traitements qui font à la fois office de couche de fond et de couche de finition. Deux systèmes dans un même pot, donc. Woodline est un traitement semi-couvrant, Lasure Opaque est un traitement couvrant.

    Test d’adhérence ou cross-cut :

    À l’aide d’un petit couteau bien aiguisé, pratiquez verticalement et horizontalement environ cinq incisions parallèles dans le feuil de peinture, jusqu’à atteindre le support. Vous obtenez ainsi une petite grille avec environ 2 mm entre les incisions. Collez-y un morceau de ruban adhésif transparent et appuyez bien. Ôtez précautionneusement le ruban adhésif et vérifiez si des restes de l’affinage du bois y sont accrochés.

    Bonne adhérence : rien ne se détache.

    Adhérence suffisante : quelques petits carrés se détachent du support.

    Mauvaise adhérence : plus de la moitié des petits carrés se détachent. Mieux vaut alors supprimer intégralement toutes les couches.

  • 8. Notre menuiserie extérieure est traitée depuis de nombreuses années à l’aide d’une protection pour le bois brune. Nous aimerions à présent y apporter une couche de couleur couvrante. Comment devons-nous procéder ?

    Commencez par contrôler en divers endroits l’adhérence de votre affinage du bois à l’aide d’un test d’adhérence (voir ci-dessous).

    Commencez par contrôler en divers endroits l’adhérence de votre affinage du bois à l’aide d’un test d’adhérence (voir ci-dessous). Si la protection du bois est en bon état et adhère bien, il suffit de bien poncer les anciennes couches et de dépoussiérer. Si nécessaire vous allez nettoyer d’abord avec nettoyant Formule MC neutral en combinaison avec Scotch brite ou Scotch brite scuff. N’oubliez pas de bien rincer avec de l’eau. Si l’adhérence est mauvaise, poncez d’abord soigneusement toutes les couches qui se détachent à l’aide de papier abrasif à gros grain. Poncez ensuite avec un grain plus fin. Le bois grisé se ponce de toute façon plus en profondeur jusqu’à ce que le bois retrouve une couleur saine. Vous pouvez à présent entamer la peinture à l’aide d’une couche de fond d’Elastoprim ou d’une première couche de Woodline. Apportez ensuite sur la couche d’Elastoprim deux couches de finition d’Elastosatin, Excellent Satin, Matineau ou Satineau. Woodline est à la fois une couche de fond et une couche de finition. Deux systèmes dans un même pot, donc.

    Si le vitrage est scellé avec un joint en silicone, découpez-le à l’aide d’un cutter. Le silicone ne permet en effet pas d’obtenir une bonne adhérence à la peinture. Même s’il s’agit prétendument de ‘silicone à repeindre’. Vous pouvez mastiquer à nouveau à l’aide d’un bon mastic extérieur à repeindre pour le verre, comme Soudal Glaskit TS.

    Test d’adhérence ou cross-cut :

    À l’aide d’un petit couteau bien aiguisé, pratiquez verticalement et horizontalement environ cinq incisions parallèles dans le feuil de peinture, jusqu’à atteindre la couche de fond.  Vous obtenez ainsi une petite grille avec environ 2 mm entre les incisions. Collez-y un morceau de ruban adhésif transparent et appuyez bien. Ôtez précautionneusement le ruban adhésif et vérifiez si des restes de protection du bois y sont accrochés.

    Bonne adhérence : rien ne se détache.

    Adhérence suffisante : quelques petits carrés se détachent du support.

    Mauvaise adhérence : plus de la moitié des petits carrés se détachent. Mieux vaut alors supprimer intégralement toutes les couches.

  • 9. Notre menuiserie extérieure est traitée depuis de nombreuses années à l’aide d’une protection pour le bois brune. Nous aimerions à présent la traiter avec une autre couleur, mais de préférence non couvrante.

    Commencez par contrôler en divers endroits l’adhérence de votre couche de protection du bois à l’aide d’un test d’adhérence (voir ci-dessous). Si la protection du bois est en bon état et adhère bien, il suffit de bien poncer les anciennes couches et de dépoussiérer. Si nécessaire vous allez nettoyer d’abord avec nettoyant Formule MC neutral en combinaison avec Scotch brite ou Scotch brite scuff. N’oubliez pas de bien rincer avec de l’eau. Si l’adhérence est mauvaise, poncez d’abord soigneusement toutes les couches qui se détachent à l’aide de papier abrasif à gros grain. Poncez ensuite avec un grain plus fin. Le bois grisé se ponce de toute façon plus en profondeur jusqu’à ce que le bois retrouve une couleur saine. Woodline est à la fois une couche de fond et une couche de finition. Deux systèmes dans un même pot, donc. Appliquez-en deux ou trois couches, en fonction de la couvrance désirée et de la couleur.

    Si le vitrage est scellé avec un joint en silicone, découpez-le à l’aide d’un cutter. Le silicone ne permet en effet pas d’obtenir une bonne adhérence à la peinture ou autre produit apparenté. Même s’il s’agit prétendument de ‘silicone à repeindre’. Un bon mastic extérieur à repeindre pour le verre est le Soudal Glaskit TS.

    Test d’adhérence ou cross-cut :

    À l’aide d’un petit couteau bien aiguisé, pratiquez verticalement et horizontalement environ cinq incisions parallèles dans le feuil de peinture, jusqu’à atteindre la couche de fond.  Vous obtenez ainsi une petite grille avec environ 2 mm entre les incisions. Collez-y un morceau de ruban adhésif transparent et appuyez bien. Ôtez précautionneusement le ruban adhésif et vérifiez si des restes de protection du bois y sont accrochés.

    Bonne adhérence : rien ne se détache.

    Adhérence suffisante : quelques petits carrés se détachent du support.

    Mauvaise adhérence : plus de la moitié des petits carrés se détachent. Mieux vaut alors supprimer intégralement toutes les couches.

Nous n'avons pas des astuces pour le moment

La peinture idéale pour vos travaux ?

Répondez aux questions ci-dessous en fonction de votre situation personnelle et nous vous proposerons les produits adaptés "à votre chantier". Vous avez un doute concernant la finition par exemple ? Les coaches présents en magasin vous aideront avec plaisir.

2 Analyse du support
Retour
Loading...
3 Types de support
Retour
Loading...
4 Types finition
Retour
Loading...
5 Nombre de m² à peindre?
Nombre de m2
Retour